Les frères et sœurs ont toujours des personnalités différentes même qu’ils ont les mêmes parents et vivent sous le même toit.

La combinaison différente de gènes ainsi que l’environnement où ils vivent sont à l’origine de caractères différents chez les frères et sœurs. Et d’après plusieurs recherches, la majorité de ces disparités reviennent à l’ordre de naissance.
Il faut savoir que les enfants au sein d’une même famille n’ont pas vraiment les mêmes parents. Autrement dit, les parents ne se comportent pas de la même façon avec chacun de leurs enfants. Par exemple, l’aîné est souvent le plus surveillé et protégé parce qu’il est le premier enfant et est le seul à avoir ses parents pour lui seul. Il grandit donc dans un environnement d’adultes inexpérimentés qui sont émerveillés par ses progrès et ont toujours peur pour lui.

Le cadet quant à lui grandit dans l’ombre du premier enfant, qui est souvent plus doué et qui est considéré comme un modèle à suivre. Enfin, le benjamin arrive dans une famille de parents expérimentés. Les premières appréhensions ne sont plus, ils savent très bien à quoi s’attendre et sont plus flexibles en matière d’attention. C’est pour ça qu’il se sent obligé de charmer afin d’attirer leur attention !

L’aîné est généralement vu comme l’enfant accompli, le cadet comme réconciliant, tandis que le benjamin cherche à plaire. C’est pour dire que le rang de naissance joue un rôle important dans le développement de la personnalité.

L’aîné, le modèle de la réussite :

Il a souvent plus d’affinités avec les autres premiers enfants qu’avec ses frères et sœurs. Ayant reçu beaucoup d’attention, il est très fiable, consciencieux, responsable et organisé.

Il est certainement doué, perfectionniste et a besoin de l’approbation des autres. L’aîné est très performant et opte pour des carrières dans des domaines de responsabilités comme la médecine, le droit  ou l’éducation

C’est une version miniature de ses parents et il cherche toujours à dominer ses frères et sœurs.
Toutefois, quand le deuxième enfant arrive, l’aîné perd l’exclusivité de ses parents et doit partager l’attention de ces derniers avec son frère ou sa sœur.

Le cadet, le conciliant :

Les cadets sont généralement très flexibles, compréhensifs et se distinguent par leur esprit de compétition. Ressentant un manque d’affection et d’attention au sein de la famille, les cadets se construisent un cercle d’amis intimes pour combler ce vide.

Les aînés et cadets ne choisissent jamais les mêmes domaines. Si les premiers se distinguent dans les domaines scientifiques, les cadets eux vont exceller en matière d’art. À travers l’histoire.

Quand le troisième enfant arrive, le cadet se trouve inévitablement dans la position du milieu. Il essaie donc tant bien que mal de s’imposer pour ne pas s’effacer devant l’aîné et le benjamin.

Le benjamin, l’éternel bébé :

Le benjamin est souvent le moins discipliné de tous ses frères et sœurs. Les parents sont plus indulgents avec lui et accordent moins d’attention aux évènements qui marquent sa vie, comme c’était le cas avec ses frères aînés. Il se sent donc dans le besoin de séduire ses parents en les charmant afin d’attirer leur attention.

On accorde moins de responsabilités au benjamin, qui a d’ailleurs beaucoup en commun avec son aîné, car tous deux sont perçus comme spéciaux.

L’enfant unique :

Les enfants uniques grandissent dans un environnement adulte et sont généralement très matures. Ils passent beaucoup plus de temps seuls et sont donc plus créatifs, ingénieux, indépendants et intelligents.
Les enfants uniques sont perçus comme très doués et accomplis.